« PRESIDENTIELLE 2011: Promesses électorales : entre tromperies et arnaque des consciences | Accueil | N° 514 (1456) • du 12 au 25 octobre 2011 »

Commentaires

Miol-jo

Mr nous avons apprecie votre editorial.

Soundiata

Nous partageons ce point de vue de l'auteur de cet édtorial. C'est une sonnette d'alarme qui est tirée. Le Cameroun est tombé bien bas, dans l'indifférence totale du régime qui le "gouverne" ou plutôt le vampirise, depuis 30 ans. L'impunité dont jouisent les fraudeurs, voleurs, et autres apparatchik du système Biya emportera les vieillards égoïstes qui ont privé les "jeunes", c'est à dire les enfants des autres, de tout avenir digne de ce nom.
Les Noirs Américains ont un adage: "No Justice, No Peace": "Pas de paix sans Justice". Je crains qu'un jour cette loi s'applique à notre pays. Car si les choses ne changent pas, la bulle va finir par exploser.

la dernière élection, une mauvaise farce, ne devrait pas donner lieu à réjouissance au palais d'Etoudi. Même les Camwerounais qui ont voté m: Biya l'ont fait par "réalisme": donner une dernière chance à cet homme de remettre le Cameroun sur les rails; éviter l'aventure, l'inconnu, l'ivoirisation ou la libyanisation du Cameroun. Paul Biya doit donc, d'urgence prendre des mesures de conciliation envers le peuple. M. Biya doit mettre fin aux activités des aigrefins qui l'entourent. Sortir de sa léthargie et de sa jouisance masturbatoire du pouvoir pour parler vrai, s'entourer de gens crédibles, compétents -il y en a, au pays et hors du pays, au RPDC et en dehors du RDPC-, mettre en place les institutions républicaines manquantes et se préparer à PASSER LA MAIN dans les 3 à 5 ans qui viennent. Ce sera ça, ou ce sera la grande déflagration, incontrôlable, comme une cocotte-minute qui explose!

Pierre Sasch

je vs donne ma paix,pas comme vs la donne le monde,,,La paix soit avec vs...le dernier don de Jesus à ses disciples avant sa passion et le salut du Christ ressuscité.cette parole de paix ds la bouche du Christ Jesus est le fruit de l'activité d'un homme qui a defendu la verité,a defendu les pauvres et les faibles,a denoncé l'injustice des forts sans pour autant les hair ou leur manquer de respect,le fruit de toute cette oeuvre donne la paix, durable,celle des coeurs.tout le contraire de ce dont on nous parle actuellement au cameroun et ailleurs en Afrique.

Pierre Sasch

hier la cote d'Ivoire,la lybie,la tunisie,l?Egypte,demain le Cameroun,le Tchad,le Zimbawe...partout où les gens sont opprimés,humiliés meme pour des causes qui peuvent etre nobles,c'est detruire la paix et non la construire.Partout ds ces pays,pendant qu'on parle de paix,on muselle,on "encadre" les mass-media,on privatise l'appareil de lEtat,on interdit toute maifestation de contestation ou de critique,on intimide et terrorise les populations avec la creation des milices armees aux noms bizzares qui paradent ds les vlles et cités avec leur materiel repressif pendant que les forces de l'ordre classiques sont humiliees car elles manquent de tout pour aider et proteger la population.Tout va bien pour les potentats de ces pays et leur clique,qui est tranversale à toutes les ethnies et les couches sociales.le tout cautionné par la complicité de certains leaders religieux asservis et des sectes qui envoutent et endorment les consciences,des intellectuels ou pretendus tels paresseux et fanfarons qui encensent et vantent le systeme,tout ceci evidemment au nom de la paix.Mais comme l'histoire n'enseigne pas et se repete tjrs,c'etait ainsi en Israel à une epoque;malgré les avertissements d'Isaie,Ezechiel,Jeremie(lamentations,"jeremiades" a-t-on ironisé),tout allait bien pour le roi et sa clique(profetes,pretres,fonctionnaires,,,)jusqu'au jour que:soudain? (non!)vint 587 av j-c et Babylone...Si vis pacem para bellum? non mes freres,qui veut la paix,prepare la paix!La paix du Christ soit avec le Cameroun et les camrounais!!!!!

Pierre Sasch

Merci J-B-P Nlend pour votre courage et la profondeur prophetique de votre article.J'ose croire que la ligne editoriale de votre journal restera fidele aux principes qui font la credibilité d'un journal:la sacralité des faits,l'incisivité et la liberté dans le commentaire des faits,l'independance et la professionalité des journalistes et la tutelle de ces derniers par le directeur de publication.Bon travail!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.