« Affaire CAMSWEM contre la SGBC : Le REC de L'Effort agressé | Accueil | Gilbert Andzé Tsoungui rappelé à Dieu »

Commentaires

Dieudonné M.M P.

Cet article est riche en informations qui ne sont pas, apparamment, vérifiables concernant la volonté d'investisseurs américains de s'imp'lanter durablement au Cameroun. D'un point de vue purement technocratique, l'offre supposée de United Airlines, une des plus grandes compagnies aériennes au monde, malgré les difficultés qu'elle aconnu après le 11 septembre 2001, est largement supérieure à celle de SN/Bruxelles/CenaInvest. On se demande même comment le gouvernement camerounais a pu en premier lieu adjuger la Camair au prix proposé (7 milliards CFA, soit environ 12 millions de dollars US). United propose 80 millions de dollars. Le but de toute privatisation c'est de faire rentrer le maximum d'argent dans les caisses publiques tout en offrant au public un service amélioré et aux normes internationales. Dans le domaine du transport aérien privatiser une compagnie nationale comporte des enjeux stratégiques. Si le Cameroun accepte la vision de l'"EurAfrique" qui se cache derrière toutes les actions diplomatiques, culturelles et socioéconomiques des pays de l'Union européenne envers l'Afrique subsaharienne (ex-colonies), il accepteraut le schéma proposé par SN-Bruxelles. C'est un schéma infantilisant, qui nie à notre pavillon national l'expansion sur la scène internationale que devrait lui apporter un véritable partenariat technique et financier avec une compagnie aérienne majeure. Ce schéma ferait de Camair Co. une simple compagnie nationale et régionale et réserverait l'international, plus rémunérateur à la "maison-mère", SN-Bruxelles, héritière de Sabena et à Air France. C'est une schéma d'exploitation du Sud par le NOrd (une fois de plus), limitant les transferts de technologies et de know how. Dans ce schéma Camair perdrait une grande partie de l'expertise acquise au cours des trois dernières décennies en terme de maintenace de gros porteurs et Douala ou Yaoundé ne deviendraient pas des hubs internationaux, mais seraient condamnés à n'être que des aéroports régionaux, au niveau africain. Le choix de United Airlines ouvre d'autres horizons. Stratégiquement et géopolitiqument, il fait du Cameroun un slide point d'ancrage de l'expansion du business US en Afrique centrale. Il crée des liaisons directes et régulières entre l'Afrique centrale (au sens large) et l'hémisphère des Amériques. Il supprime les transferts par Roissy, Genève, Zurich et autres aéroports européens. C'est un catalyseur des changements culturels et politiques qui feront passer notre région du giron de la Françafrique à celui de la mondialisation, dont la culture anglosaxonne et la langue anglaise sont la lingua franca. Au vu de la montée des investissements dans les pays du Golfe de Guinée (de la Côte d'Ivoire à l'Angola), il est à souhaiter que l'offre de United Airlines soit retenue...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.